Maturité digitale des entreprises

La transformation numérique et la maturité digitale sont deux termes interdépendants. Pour
mesurer la maturité digitale d’une entreprise, une veille constante sur les outils d’auto-évaluation, mais surtout sur le digital est requise.

Savoir mesurer la maturité digitale au sein de son entreprise est une première étape vers une transformation digitale réussie. La transformation digitale n’est pourtant que le commencement d’un processus en perpétuelle amélioration. Pourquoi ? Les avancées technologiques et le fait d’évoluer dans un monde où le digital monopolise chaque jour l’attention font que les entreprises doivent elles aussi s’adapter à ce milieu. Il n’y a donc pas d’alternative si l’entreprise veut pouvoir fleurir. L’impact de cette progression se révèle être un atout pour chaque organisation si elle se met à son même niveau.

Différence maturité digitale et transformation digitale

Il est assez difficile de distinguer les deux termes, mais en allant dans les détails, l’on peut quand même relever une nuance. En effet, si la transition digitale désigne le processus pour l’intégration des différentes technologies numériques au centre de ses activités, la maturité digitale en est la base sur laquelle ce dernier peut arriver à le faire. La transformation digitale ne pourra réellement se faire sans connaître exactement le degré de cette maturité digitale. Tant que cet aspect n’est pas maitrisé par le dirigeant, il sera très difficile pour l’entreprise de fixer des objectifs dans ce changement radical vers le digital. C’est dans cette optique qu’un bilan s’impose. Il sert à repérer le point de départ réel de l’entreprise et le chemin qu’il lui faudra franchir afin de connaître les moyens à mettre en œuvƌe pour atteindre un objectif et/ou une vision globale.

Les degrés de maturité digitale

Si les entreprises sont contraintes à évoluer dans cette transformation numérique, c’est parce que la tendance change et l’évolution des marchés est toujours constante. De ce fait, aucune entreprise ne peut se vanter d’être à 100 % dans une maturité digitale, car les besoins changent et les techniques évoluent. Par conséquent, le niveau de maturité digitale à atteindre est à reconsidérer chaque mois ou chaque année selon les objectifs à atteindre.


La maturité digitale technologique


Elle se réfère aux outils technologiques utilisés au sein de l’entreprise. Les consommateurs
s’attendent aujourd’hui à avoir des services avec une facilité d’utilisation. Il faut donc que les services offerts soient en adéquation avec ces besoins. Autrement dit, ce sont les moyens mis en place afin de faciliter un processus donné.


La maturité digitale perçue par l’utilisateur


Elle concerne aussi bien les acteurs de l’entreprise que ses clients. La transition digitale requiert l’utilisation de technologie avancée pour faire fonctionner l’ensemble de l’entreprise. La maturité digitale perçue par l’utilisateur mesure l’utilisation de ces services, fonctionnalités et contenus numériques par l’ensemble des acteurs de l’entreprise, en interne et en externe.


La maturité digitale organisationnelle


Elle détecte surtout la capacité du dirigeant à pouvoir piloter un projet dans cette culture digitale. En effet, la mise en oeuvre qu’il doit entreprendre relève d’une étude établie en amont sur le marché de son implantation.

Peut-on dupliquer les stratégies de transformation digitale ?

Cette question nécessite d’être abordée dans la mesure où c’est la suite logique d’une prise de mesure de la maturité digitale. Le système organisationnel dans une entreprise donnée n’est pas la même que celle dans une entreprise concurrente. Or, la transformation digitale équivaut à une transformation culturelle également. Ce critère est pourtant essentiel, car la transformation culturelle de chaque individu, donc de chaque personnel dépend de lui-même et de la manière dont son entourage le pousse dans cette direction. Le côté humain est le troisième de la trilogie pour que la transformation réussisse.

À moins d’avoir les mêmes personnels et le même dirigeant (ce qui est statistiquement très rare), une stratégie de transformation digitale ayant abouti à un succès sans précédent ne peut en aucun cas être considérée comme un modèle pour une autre entreprise.
Chaque organisation se doit de mettre en place sa propre stratégie en se pliant aux réalités de son institution.

L'humain au centre de la transformation digitale

La transformation digitale dépend totalement de l’humain pour la seule et unique raison que c’est le facteur qui le met réellement en oeuvre. Cela commence donc par une ouverture et donc une adaptation à l’écosystème. Cela se traduit ensuite par le partage. pour mettre en oeuvre ce deuxième critère, il faudra passer par la communication et l’esprit d’équipe. Une fois cela acquis, il y a l’agilité.

La créativité et le sens de l’initiative permettent d’arriver à ce dernier. Ces trois points se trouvent sur la base des comportements à avoir. Viennent après les compléter l’organisation et la responsabilité. Trois mots-clés sont à retenir sur ces derniers points : efficacité, fiabilité et éthique.

Les débuts de l'expansion du digital et l'apparition du terme transformation digitale

La France a décollé vers l’ère du digital en 2012. L’initiative des startups à innover la façon d’utiliser leurs services de la manière la plus proche des utilisateurs ont inspiré les grandes entreprises. Aussi, ils ont mis en place des applications accessibles sur tous les supports afin de toucher le plus de cibles possibles. Les méthodes de transformation digitale ont commencé à faire surface. Avec ce phénomène est également apparu des acteurs étant des cabinets de conseils dans ce domaine.


Numérique ou digital ?


L’évolution de la technologie est une notion qui revient sans arrêt dans cette chronologie de la transformation digitale. Chaque décennie a sa part de découverte mais les années qui sont surtout concernés dans ce contexte sont les années 2000 et 2010. Le premier étant celle du numérique ou la maîtrise de la manipulation des partages de données et le second celle du digital. Une précision sur ces termes doit être prise en considération car ils sont souvent confondus à tort. En effet, le numérique tend plus vers l’informatisation des données. Son traitement est par conséquent automatisé tandis que le digital se penche sur la technologie portable. Il est donc plus approprié  d’évoquer le terme transformation digitale que transformation numérique bien que les deux ont plus ou moins la même connotation.

Les enjeux d'une transformation digitale

Il faut admettre que l’avènement du numérique et du digital a complètement révolutionné
l’organisation entrepreneuriale dans sa globalité. La manière de faire du business n’est plus pareille qu’il y a quinze ou vingt ans passés et ce qui est valable aujourd’hui ne sera pas non plus le cas demain. L’enjeu majeur de cette transformation digitale est donc de rester dans la course face aux concurrents.


Ce n’est pas une question de taille mais de capacité d’agir


La technologie n’est pas une science qui se fige. Au contraire, elle est toujours instable et c’est ce qui la rend davantage complexe. Cette complexité se confronte néanmoins avec une dualité qui est la facilité. Ceci est peut-être contradictoire mais elle illustre pourtant bien les répercussions de cette évolution. Une création en entraîne une autre. Une fois qu’un nouveau service est maîtrisé, il devient aisé de créer un autre beaucoup plus performant. Seulement, il faut être le premier à prendre cette initiative pour sortir de lot. Il en va de même pour l’environnement marchand ainsi que les autres types de services. Avec les bonnes méthodes, cela aboutit toujours sur une prospérité dans le domaine concerné.


Primer le mieux-être des personnels


Pour optimiser la transformation digitale et atteindre rapidement une maturité digitale, il faut miser sur le bien-être professionnel. En diminuant le stress, les burnouts, le turnover et augmenter le bonheur au travail. Au tour des organisateurs de gérer l’équité. Au niveau des Ressources Humaines, ils doivent arriver à accroître la cohésion, favoriser une organisation plus ouverte et transverse.


Un enjeu d’image et un enjeu économique


La transformation digitale se doit de développer la marque de l’employeur, optimiser l’image de l’entreprise sur tous les supports et communiquer sur les réalisations de l’entreprise. Sur le plan économique, savoir accroître l’efficacité pour avoir une productivité. Améliorer également la relation client et gagner en compétitivité. L’organisation doit se focaliser sur l’intelligence collective. Ainsi, le groupe pourra proposer de nouveaux services.

Tour d'horizon sur les tendances technologiques qui ont eu un réel impact

La capacité informatique


L’exploitation du big data est de plus en plus affiné avec la capacité exponentielle informatique. Les processeurs rétrécissent en termes de taille mais sont de plus en plus puissant. L’autonomie est aussi davantage marquée par l’aspect mobile des ordinateurs et surtout par des matériels beaucoup plus écologiques. Les données stockées se multiplient de jour en jour d’autant plus que le Cloud facilite ce stockage. Et enfin, l’automatisation de ses produits informatiques qui se commandent à distance.


Le débit de la connexion


Avec tous les objets connectés utilisés, il est impératif de pouvoir satisfaire les besoins des
utilisateurs en mettant l’accent sur la rapidité de la connexion internet. Il faut que les gens puissent se connecter à n’importe quel moment et n’importe où il se trouve. Il en est de même pour le marketing 2.0 où les consommateurs traitent l’ensemble de leur commande sur leur smartphone, portable et autres objets connectés.


Une facilitation au niveau de la collaboration


Le digital permet aux entreprises d’évoluer ensemble. Dans cet esprit, ils arrivent à s’enrichir
mutuellement en offrant des services. Ils arrivent par conséquent à être des plateformes
interconnectées. Les consommateurs peuvent eux aussi se louer des compétences ou des possessions.


Une amélioration du réel grâce au virtuel


Les solutions proposées par la transformation digitale améliorent nettement le quotidien de chacun, et ce, sur tous les plans. La robotique, l’intelligence artificielle, la biotech ou encore le neurotech commencent à donner un indice sur ce à quoi va ressembler le monde de demain.